Des inégalités sociales-numériques

Quels usages les classes populaires font-elles de l’informatique connectée ? De quelle manière les inégalités sociales cadrent-elles les pratiques numériques ? Comment ces pratiques influencent-elles, en retour, les existences des plus modestes ? Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions et à quelques autres que la littérature en sciences sociales a souvent traitées sous les auspices de la « fracture numérique ».

La perspective ici mobilisée se détourne néanmoins de ce type d’approches et fait sienne l’idée de logiques d’action qui empruntent à la fois aux propriétés sociales des acteurs et des contextes. Les usages des TNIC (technologies numériques d’information et de communication) tiennent à des compétences pratiques, ainsi qu’à des inclinations à agir, croire, penser, sentir, etc. qui, dans le cours de l’action, vont à la rencontre de la matérialité  de l’informatique connectée qui est également sociale. Les TNIC équipent les existences populaires, leur donnent des moyens, mais elles peuvent aussi, par leur omnipr sence, devenir des agencements dispositionnels et participer au maintien, au renforcement ou à l’infléchissement des parcours biographiques.

Depuis ce cadre général sont discutés différents aspects des “inégalités sociales-numériques” (e-exclusion, illectronisme, abandonnisme, inégalités algorithmiques, etc.) qui sont mis en regard des situations et des positions sociales de ceux qui les subissent. Cette pérégrination dans les pratiques populaires de l’informatique connectée permet également d’ouvrir un ensemble de réflexions connexes portant sur la notion de capital numérique, les processus de dématérialisation des services publics, ou encore, la place des  motions dans les mobilisations en ligne des Gilets jaunes.

À propos de l’auteur

Fabien Granjon est sociologue. Il enseigne à l’Université Paris 8 au sein du département des sciences de l’éducation et de la formation. Après avoir dirigé le Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation, il est aujourd’hui membre du Centre de recherche interuniversitaire Expérience, Ressources culturelles, Éducation où il développe notamment des recherches sur l’épistémologie des sciences sociales, sur les cultures et apprentissages critiques, ou encore sur les usages des technologies numériques d’information et de communication.

Classes populaires et usages de l’informatique connectée
Des inégalités sociales-numériques

Fabien Granjon
Presses des Mines, 2022
360 pages
35 € (broché) – 24 € (PDF)

Lire un extrait et commander l’ouvrage en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.