3D Aerospace : focus sur la cartographie de précision

La solution développée par 3D Aerospace combinera les informations des utilisateurs pour produire une carte de haute précision

Pour tenir compte des changements réguliers dans une zone géographique, des cartes mises à jour en temps réel s’avèrent être des outils intéressants. La start-up 3D Aerospace propose justement des solutions qui peuvent aussi bien servir aux voitures autonomes qu’au suivi d’une production viticole.

Les applications de cartographie que nous utilisons quotidiennement sont capables d’établir une précision de quelques mètres, ce qui est suffisant pour que nous puissions nous repérer dans notre environnement. Cependant les voitures autonomes ont besoin de cartes d’une précision d’environ vingt centimètres pour se repérer, ce qui signifie que nos cartes ne sont pas adaptées aux besoins de ces machines.

Pour pallier ce problème, 3D Aerospace, start-up créée en 2018, incubée à IMT Mines Albi et présente au salon VivaTech 2022, développe une solution de cartographie en temps réel. Celle-ci permet d’établir des cartes 3D de l’environnement dans lequel se trouve un véhicule. Le système possède une « partie hardware qui correspond à un boitier équipé de sept caméras avec une antenne GPS GNSS de haute précision, que l’on dispose à l’extérieur d’une voiture ou un bus par exemple », décrit Benjamin Kawak, directeur général de 3D Aerospace. « Une fois l’information visuelle enregistrée à 360°, celle-ci est envoyée dans le cloud », poursuit-il.

Une fois à l’intérieur du cloud, les images sont traitées par des algorithmes qui vont produire un jumeau numérique en 3D du lieu. Chaque fois qu’un véhicule équipé du dispositif se déplace dans une rue déjà cartographiée, la carte 3D est mise à jour par l’intégration des images recueillies le plus récemment par les utilisateurs.   

« Le système se base sur une première couche d’OpenStreetMap pour rajouter des couches à chaque passage du véhicule ce qui permet d’avoir une carte de plus en plus précise », explique Benjamin Kawak. Mais c’est aussi une opportunité pour d’autres secteurs que les transports. 3D Aerospace développe ainsi une version de cette solution spécifiquement dédiée au suivi de la production viticole : DeVines.

Un outil de diagnostic pour la production viticole

DeVines fonctionne grâce à un système de détection intelligente des grappes et des pieds de vignes. Fixées sur un tracteur qui circule dans le vignoble, les caméras filment les pieds et les grappes. Comme pour le système précédent, les images sont envoyées sur le cloud et sont traitées pour constituer une carte non pas de la ville mais du vignoble, voire du domaine viticole. À partir des images récoltées, le système décèle les maladies des vignes en se basant sur des données implémentées en amont.

« Dans le cloud, des algorithmes de post-traitement automatique vont détecter des maladies, des pieds manquants ou le nombre de grappes par cep ». Dans le cas d’un assèchement des plantes, le système va se baser sur le contraste de couleur entre les pieds pour déterminer lesquels sont sains ou malades. L’utilisateur peut donner son avis sur le diagnostic réalisé par l’application. Il va par exemple infirmer ou confirmer la présence de maladies, et dans ce dernier cas, il peut préciser la nature de la pathologie pour que celle-ci soit reconnue lors d’un prochain diagnostic.

Aujourd’hui les vignerons visualisent leur parcelle de façon globale. L’atout de DeVines est de « permettre la visualisation des hétérogénéités au sein d’une parcelle », indique le directeur général de 3D Aerospace. Les vignerons n’ont connaissance du rendement de leur parcelle qu’en effectuant un comptage manuel sur un échantillon, qu’ils extrapolent ensuite pour faire une estimation du rendement sur la parcelle entière. Avec DeVines il sera possible d’évaluer la productivité d’une vigne en se basant sur le nombre de grappes de raisins comptées automatiquement par le système. Il sera aussi possible de cibler les zones les moins productives et de compter le nombre précis de pieds qui doivent être changés, ce qui permettra aux viticulteurs d’acheter une quantité adéquate de pieds pour éviter des dépenses financières excessives.

Des perspectives multiples

Par ailleurs, 3D Aerospace a actuellement des opportunités dans d’autres secteurs. « Nous avons par exemple été contactés par des entreprises de BTP ou des groupes d’assurance pour estimer des risques ». Les secteurs d’applications des solutions de 3D Aerospace sont nombreux mais pour l’instant la start-up souhaite se focaliser sur DeVines. À terme, « le but serait d’avoir un ambassadeur par grande région viticole et de favoriser la collaboration entre nos ambassadeurs et notre technologie », conclut Benjamin Kawak.

Rémy Fauvel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.