Lilaea : surveiller l’eau pour mieux la préserver

, ,
La start-up Lilaea, présente au salon VivaTech 2024, s’est donné pour mission de contribuer à la préservation de l’eau douce. Une ambition qui se traduit par le déploiement de stations de surveillance en temps réel, le développement d’un sous-marin téléguidé et la sensibilisation du grand public.

Quand l’hydroélectrique passe au numérique

,
Le projet Di-Hydro s’appuie sur la numérisation de centrales hydroélectriques, pour les exploiter de manière plus durable et mieux en anticiper la maintenance. Télécom SudParis est impliquée dans le développement d’une plateforme fédérée conçue pour faciliter l’échange sécurisé de données et la prise de décision, à l’échelle individuelle de chaque centrale, et collective.

Quèsaco la méthanisation ?

,
La méthanisation permet de réduire le volume de déchets organiques et d’éviter la dispersion dans l’atmosphère du biogaz produit par leur fermentation, dont du méthane, gaz à fort effet de serre. Le biogaz est en outre valorisé pour produire de la chaleur, de l’électricité, voire du biométhane injectable dans le réseau de gaz naturel. Yves Andrès et Khaled Loubar, chercheurs à IMT Atlantique, nous en disent plus sur cette technologie qui se présente comme un levier de la transition énergétique.

Valorisation des biodéchets : la méthanisation met les gaz

,
Stations d’épuration, centres d’enfouissement, fermes agricoles ou collectivités. Pour de nombreux acteurs, la méthanisation se présente comme une solution opportune de traitement des déchets organiques, tout en produisant de l’énergie. À IMT Atlantique, une équipe de recherche s’intéresse à la viabilité de ces installations, ainsi qu’au biogaz qui y est produit. Des travaux avec une dimension applicative forte, mais qui font aussi appel à des outils complexes, au croisement de plusieurs disciplines.

Sûreté nucléaire et fusion entre ASN et IRSN : l’originalité du modèle à la française

,
Après un cavalier législatif manqué au printemps 2023, le gouvernement soumet au parlement un projet de loi visant à réformer la gouvernance de la sûreté nucléaire et de la radioprotection. Le texte retravaillé doit être examiné par le Sénat en séance publique ce 7 février 2024. Dans cette tribune, Mathias Roger (IMT Atlantique), et Michaël Mangeon (Université Paris Nanterre), décryptent la spécificité du modèle français en matière de sûreté nucléaire, et analysen les changements proposés par ce nouveau projet de loi.

COCPIT aux commandes des biocarburants à base de microalgues

,
Le projet COCPIT vise à développer une solution de biocarburants avancés et durables dans les secteurs aériens et maritimes à partir de microalgues. Sary Awad, Professeur au département Système énergétique et environnement d’IMT Atlantique, coordonne le projet. Il travaille sur les procédés de production de biocarburants et leur caractérisation. Il nous délivre les détails du projet avec Julien Prud’homme, en charge des projets européens pour IMT Atlantique à la direction de la recherche et de l'innovation.

De bonnes RESOH-lutions pour le nucléaire

,
Aborder les enjeux de sécurité et de performance sous l’angle socio-organisationnel est l’ADN de la chaire RESOH. Pour son troisième mandat, la chaire porte une attention particulière à la question des compétences, et à l’appropriation des résultats de recherche par ses partenaires. Ce projet de recherche et d’enseignement porté par IMT Atlantique analyse, au plus près des activités de travail, les ressorts d’une « performance sûre » dans les industries à risques, en particulier le nucléaire.

Quèsaco le solaire à concentration ?

, ,
Le solaire à concentration consiste à concentrer les rayons du soleil pour produire de la chaleur et de l’électricité. Il se distingue de la production solaire photovoltaïque et représente donc un nouveau mode de production d’énergie. Ugo Pelay, enseignant-chercheur à IMT Nord Europe, nous explique le principe de ce système.

Éric Guibal, l’insatiabilité du chercheur

,
Chercheur en génie chimique à IMT Mines Alès, Éric Guibal travaille sur l’utilisation de biomasse et biopolymères pour la récupération des métaux. Sa contribution scientifique, marquée par de nombreuses publications, est reconnue en France et à l’international. Il a également dédié une partie de sa carrière à l’élaboration d’un réseau de collaboration scientifique international, en Amérique latine et en Égypte.

SUINK écrit le futur des générateurs d’énergie à l’encre piézoélectrique

,
Le projet européen SUINK vise à développer un système de batterie autonome, durable et flexible pour alimenter un large éventail de capteurs utilisés dans les véhicules automobiles. IMT Nord Europe est impliquée dans la réalisation de ces « micro-générateurs » d’énergie à partir d’encres piézoélectriques.