Prospective : les chercheurs de Télécom ParisTech étudient la dynamique internet à l’horizon 2030

Le 27 juin dernier, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) présentait l’étude intitulée « La dynamique internet : prospective 2030 ». Menée sous la direction de Laurent Gille (Télécom ParisTech) et de Jacques-François Marchandise (FING), celle-ci a bénéficié de l’expertise de nombreux chercheurs de la grande école parisienne du numérique Télécom ParisTech (Daniel Kofman, Michael Baker, Valérie Beaudouin, Antonio Casilli, Françoise Détienne, Gérard Pogorel et Patrick Waelbroeck) mais aussi de Polytechnique et de la FING. Cette étude dégage les tendances d’internet sans négliger les ruptures que suscite une croissance jusqu’à présent quasi exponentielle mais aussi les tensions que provoque un tel développement dans la société.

Internet, demain

« Internet forme sans aucun doute l’innovation la plus importante de la fin du XXe siècle, du fait de ses incidences sur les mécanismes économiques mais aussi de ses interférences avec le fonctionnement social » annoncent en introduction les auteurs du rapport présenté par le CGSP. Aujourd’hui, plus de 2,5 milliards d’êtres humains y sont connectés. Demain, internet nous reliera également à des dizaines de milliards d’objets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de notre vie quotidienne.

 

Dans ce contexte, il est intéressant de mener une étude dans une approche pluridisciplinaire, qui se veut plus une invitation à la réflexion critique que comme une prédiction des évolutions futures d’internet. En effet, l’objectif de ce rapport est de parler de dynamiques. Car pour Laurent Gille, « on peut imaginer plein de choses mais l’internet sera ce que les gens voudront en faire. »

 

Un outil pour réinventer les stratégies publiques

Au-delà de l’exercice de prospective, cette étude n’en oublie pas pour autant de faire des propositions avec le souhait de mieux positionner la France et l’Europe au niveau industriel notamment et grâce à la perspective de l’internet des objets :

  1. Soutenir la réindustrialisation numérique de l’Europe
  2. Appliquer les principes du droit sur internet
  3. Redéfinir le partage de la valeur dans les transactions numériques et les règles fiscales
  4. Anticiper les mutations dans l’organisation du travail
  5. Mettre en œuvre le numérique dans la santé et l’éducation
  6. Réduire les disparités sociales liées au numérique

 

Retrouvez l’intégralité de l’étude, sa synthèse et la vidéo de présentation sur le web du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.